Coupe 2000 : escapade à Limoge

L’escapade des Mousquetaires à Limoges (raconté par Florent)


(merci à Stéphane Tchéfranoff du club de Limoges pour les photos)

Tout a commencé le samedi avec la rencontre intergénérationnelle organisée par la ville d’Auch pour promouvoir le sport et la nutrition. Ainsi, après une journée ludique d’échecs mais aussi de ping-pong et de rigolade, nous voilà parti pour la belle ville de Limoges pour la phase interrégionale de la coupe -2000 (c’est-à-dire réservée aux joueurs de moins de 2000 élo). On partait donc à 3 (Simon, Etienne et moi) avec Anthony, le régionale de l’étape, qui nous rejoignait là-bas le dimanche matin.
Après quelques heures de trajet et des estomacs qui commençaient à se faire entendre, on était ouvert à toutes les opportunités. Et justement une se présenta alors que nous étions sur l’autoroute. On vit soudainement un panneau « rocamadour » lors de la prochaine sortie. Il n’en fallut pas plus pour qu’à 20h, on décida de faire un énorme détour juste pour manger un morceau dans un des plus beaux villages de France.


Après un bon repas dans une petite crêperie, on reprit notre route pour arriver vers minuit à notre hôtel qui se trouvait juste à coté de la gare (voir photo ci-dessous). Les veilles de match, on a déjà connu des soirées blitz, des soirées « préparation échecs », des soirées entre amis mais rarement des soirées tout-le-monde-au-lit-à-minuit-et-demi et pourtant, c’est bel et bien ce que l’on a fait.

(Vue de l’hôtel + vue d’Etienne au réveil + vue de mon bras qui dit à Etienne qu’il devrait se décaler)

Une bonne nuit réparatrice plus tard, on partit pour la coupe qui se déroulait à la faculté des sciences. Alors que l’on parle souvent du quart d’heure de retard gascon, on fut les premiers arrivés (avant même les organisateurs). Cela nous laissa tout le temps d’échafauder une stratégie puisqu’ Anthony, qui venait de nous rejoindre, nous affirma qu’il ne jouait plus trop depuis un moment et que le mettre au premier ou au quatrième échiquier verrait le même résultat. Comme l’on peut mettre les joueurs à l’échiquier que l’on veut dans cette compétition, on a donc eu l’idée de mettre Anthony (1711) au 1er échiquier pour ensuite suivre l’ordre logique à savoir moi (1958) puis Etienne (1879) et enfin Simon (1793).

Première rencontre : Le premier match se jouait contre Limoges (le tenant du titre de la coupe au niveau national). Cela s’annonçait difficile avec des niveaux assez homogènes aux 3 derniers échiquiers mais une grosse différence de niveau à l’échiquier 1 à notre désavantage (au vu de notre fameuse stratégie du gambit).
Plutôt vite, les choses ont assez mal tournés pour mes camarades : Anthony perdait du matériel, Etienne qui faisait face à 3 pions passés liés et Simon qui perdait un pion et subissait l’initiative des noirs dans une française endiablée. Finalement, Anthony succomba pendant que Simon revenait bien dans sa partie. En ce qui me concernait, un mauvais choix d’ouverture a fait que la partie a été plate et morne d’un bout à l’autre. Mon adversaire me proposa nulle et malgré quelques essais, je ne pouvais pas réussir à me défaire de ses échecs de dame et fut obligé d’accepter. Simon finit lui aussi par annuler. Pour finir, Etienne nous montra son talent échiquéen et sa connaissance des concepts en finale en dégainant « la tour folle » et réussir à annuler.
Comment les blancs peuvent-ils annuler ?

Par l’efficace Txh3 avec pat si le pion reprend et une position nulle dans le cas contraire.
Bilan de la rencontre : défaite 1 à 0.

Pas question de se laisser abattre par cette première défaite. Il y avait 2 qualifiés parmi les 6 équipes présentes dont 2 victoires pouvaient suffire à se qualifier (surtout que notre départage n’était pas trop mauvais). On décida donc d’aller manger un petit peu puis de se motiver avant de repartir à l’attaque.

(Le photographe ayant bien saisi l’intensité du moment, n’a pu s’empêcher de prendre une photo)

2ème rencontre :
Comme il y avait 3 équipes victorieuses et 3 perdantes, on a eu la malchance de tomber sur l’équipe de Couzeix qui avait gagné sa première manche. Pas de quoi nous décourager car cette fois-ci, on a 150 points de plus sur les 3 derniers échiquiers (pour ce qui est d’Anthony, il avait quasiment 300 points de moins). Petit à petit, tout le monde prit l’avantage sur son adversaire. Non seulement, Anthony gagna son adversaire mais il finit même sa partie en premier (partie qui sera prochainement publié si Anthony nous la communique). Victoire ensuite suivie de celles d’Etienne et de la mienne. En ce qui concerne Simon, il laissa filer son avantage avec le manque de temps et finit même par perdre la partie.
Belle victoire 3 à 1 et l’équipe y crût à nouveau.
Photo collective avant la 3ème et dernière ronde :


3ème rencontre :


Pour finir, on joua donc l’ASPOM (Bordeaux) qui était la seule équipe à avoir perdu ses 2 premières parties et qui n’espérait donc plus rien. Pour les autres équipes, c’était très équilibré puisque 2 équipes étaient à 5 points (Agen et Limoges) suivie par 3 équipes à 4 points (Auch, Couzeix et Tresses). Agen et Limoges ayant fait nulle à la 2ème ronde, ils pouvaient se qualifier en gagnant respectivement leur 3ème rencontre mais nous décidons quand même de nous donner à fond.
Encore une fois, Anthony finit le premier en annulant rapidement contre un adversaire qui avait 200 points de plus mais qui ne voulait pas jouer une partie sans enjeu. Cela tombait bien puisqu’Anthony avait un train à prendre assez tôt. Il s’en sortait avec un beau 1.5/3 alors qu’il était censé être le « sacrifié ». En ce qui concerne nous autres, Simon se retrouva encore une fois embarqué dans une française tendue (avec roque opposé), Etienne sacrifia un pion puis un 2ème pour l’activité pendant que je m’engluais dans une anglaise assez fermée. Simon arriva à ouvrir sur le roque adversaire mais rata un avantage énorme et finit même par perdre la partie de façon tragique. Etienne arriva à récupérer ses 2 pions en finales et finit par annuler. En ce qui concernait ma partie, la position se dégrada petit à petit jusqu’à devoir affronter 2 pion passés liés ce qui indique quasiment toujours une belle défaite.
Défaite donc 2 à 1 de l’équipe mais il n’y avait pas de regrets à avoir puisque de toute façon, Agen et Limoges avaient gagné leurs rencontres et étaient automatiquement qualifiés. Cela fait plusieurs années de suite que l’on est éliminé à cette phase de la coupe mais on fera mieux l’année prochaine !

Florent .

Share This:

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Coupe 2000 : escapade à Limoge

  1. POKEE Michèle dit :

    Le principal c’est de participer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *